Toucher n’est pas coulé !

 

Le toucher évoque quasi instantanément la matière qu’elle soit synthétique ou organique. Notre
mémoire se remémore ce sens avec émoi. Que l’on touche du bois (au sens littéral, quoique), du métal ou la peau de l’être aimé ; cette action nous renvoie à un souvenir, à une sensation et nous procure plaisir, curiosité ou dégoût selon le ressenti, mais jamais de l’indifférence.
Le toucher crée une image sans la vue.Il façonne la matière par le contact et permet de se figurer une image interne qui esquisse l’idée de sa forme, de son volume. On ne peut qu’applaudir devant tant de dextérité d’esprit. Cette fonction, de prime abord décalée, nous donne à repenser l’expression «faire corps» avec la matière qui prend ici tout son sens, unique !
Mais je ne tâtonnerai pas plus longtemps et vous invite sans plus tarder à découvrir L’OPUS 2 de notre Kanette, et ça c’est chouette !!
Bienvenue à bord, cette expérience sera sensible, et si toucher n’est pas coulé, il rime avant tout avec sensualité et étrangeté !

Ne me toucher pas des yeux, je cherche le contact !

bigone